Mon cheval n’a pas le moral

Cheval seul dans une prairie

La dépression chez le cheval existe bel et bien, il ne faut pas l’ignorer considérant que c’est une maladie propre à l’Homme. Comme pour les humains, différents stades de dépression existent et même si le cheval ne peut s’exprimer distinctement sur son mal-être, certains comportements ne trompent pas. La dépression du cheval peut être anticipée et soignée, encore faut-il être capable de la reconnaître et la prendre en considération.

Les symptômes de la dépression

Un cheval qui n’a pas le moral au beau fixe va montrer des réticences au travail, un manque d’entrain et de bonne volonté. Si cette situation dure trop longtemps, elle pourrait altérer définitivement le caractère de votre compagnon, c’est pourquoi il est primordial de rester vigilant et à son écoute.

Pour exemple, un cheval qui déprime va :

  • baisser la tête au point qu’elle ne soit pas plus haute que son garrot,
  • avoir les oreilles tombantes et le regard inexpressif,
  • rester impassible aux divers stimulus,
  • développer des tics,
  • fuir ses congénères,
  • rester dans un coin de son box,
  • manger moins,
  • montrer des réticences au travail…

Baisse de moral : les causes possibles

Ces signes se remarquent et ne doivent pas être pris à la légère. Il est important de comprendre la raison de ce changement de comportement pour y remédier au plus vite. Plusieurs causes possibles de baisse de moral chez nos compagnons :

  • un manque de lien social avec d’autres chevaux,
  • une nourriture monotone qui finit par ne plus être appétissante,
  • un isolement prolongé au box,
  • de l’ennui,
  • des douleurs,
  • un travail trop exigeant et intense, surtout valable pour les chevaux qui travaillent tous les jours,
  • le stress…

Redonner le moral à son cheval

Une fois que vous avez déterminé la cause de sa déprime, vous savez déjà mieux comment remotiver votre cheval. Souvent, la solution réside dans un changement de rythme, une modification de ses habitudes.

Rendez-lui visite plus régulièrement, sans forcément vouloir le faire travailler. Passez des moments de loisir avec lui, des séances de gratouilles, des balades à pieds. Laissez-le grignoter l’herbe grasse au bord des chemins.

Dans la mesure du possible, mettez-le au pré avec d’autres chevaux quelques heures dans la journée. Il pourra alors entretenir un lien social et retrouver quelques racines propres à sa race d’animal sauvage. Aussi, si votre cheval passe le plus clair de son temps dans son box, pensez à lui laisser du foin dans un coin, ou une pierre de sel pour qu’il puisse grignoter et se divertir.

Enfin, pour que votre cheval  se sente bien dans son box, qu’il prenne plaisir à y retourner et y passer du temps, veillez à ce que l’endroit soit propre.

Attention, comme nous le disons souvent sur le blog, chaque cheval a son caractère. Il n’existe pas de recette miracle et c’est à chaque cavalier de s’assurer de faire de son mieux pour le bien-être de son cheval. De plus, certains chevaux, comme les hommes, sont enclins à être plus dépressifs que d’autres. C’est pourquoi il faut rester à leur écoute et ne pas négliger des signes qui pourraient vous alerter.

Ajouter un commentaire