Comment gérer le rhume chez le cheval

Rhume du cheval

Ça y est, le froid est là pour de bon, et avec lui son lot de rhumes. Tous sont concernés, les cavaliers comme leurs chevaux. Mais comment détecter un véritable rhume chez notre compagnon ? Et surtout, comment réagir ?

Protéger son cheval des courants d’air

Comme le dit l’adage : « Mieux vaut prévenir que guérir ». Mieux vaut ne pas laisser son cheval en plein courant d’air alors qu’il vient de transpirer pendant sa séance de travail.

Il est vrai qu’en été la question ne se pose pas. Après le travail, le temps de ranger nos affaires, on a tendance à attacher notre cheval au plus simple. Mais lorsque les températures commencent à baisser, il faut changer ses habitudes et lui éviter de prendre froid. 15 minutes sont amplement suffisantes.

C’est le moment de passer du temps avec son cheval et de bien le sécher à l’aide d’une serviette éponge ou d’un bouchon de paille. Certains utilisent même l’alcool à brûler.

Repérer les premiers symptômes

Un nez qui coule lorsque votre cheval se met au travail, c’est normal si le jetage est transparent. Par contre, si ce jetage se colore et devient plus abondant que la normale, ne tardez pas et faites appel à votre vétérinaire. Il saura déterminer d’où vient l’infection et donc, comment la soigner.

Cheval sous la neige

Plus concrètement, un rhume est une infection virale et se traduit par un jetage anormal accompagné d’une toux. Ces symptômes ne doivent pas rester sans surveillance, d’autant plus si la fièvre s’ajoute. Un rhume sera évidemment plus risqué sur un cheval pouvant souffrir d’allergies respiratoires.

Toutefois, un cheval en forme devrait pouvoir l’affronter sans trop d’encombres. La clé de la guérison se situe principalement dans la qualité de vie du cheval. Surveillez la qualité de sa nourriture et gardez un rythme de travail qui lui est approprié.

Assainir son lieu de vie

Un cheval malade dans une écurie peut tout à fait contaminer ses congénères. C’est donc le moment de bien nettoyer les abreuvoirs, de mettre à jour les litières et de les aérer.

De plus, les émanations d’ammoniac sont de nature à aggraver les problèmes respiratoires des chevaux. Raison de plus pour s’intéresser aux asséchants pour litière. L’avantage de ces produits est qu’ils assèchent les box, les assainissent et captent les odeurs d’ammoniac. Le box reste donc sain longtemps et n’est pas propice au développement des bactéries.

Crédit photo : atoutcheval.com

Ajouter un commentaire