La retraite du cheval

L’âge de la retraite du cheval va notamment dépendre de son activité, s’il est un cheval de compétition ou de loisir, de sa santé physique, mais aussi de son envie de travailler.

A savoir qu’une année pour l’homme équivaut à 3 ans pour le cheval, sachant que leur espérance de vie varie de 30 à 40 ans.

On considère qu’un cheval de sport va prendre sa retraite entre 15 et 20 ans, des problèmes locomoteurs peuvent intervenir et se sont eux qui vont déterminer la retraite. Pour les galopeurs, on estime la retraite entre 5 et  ans, et pour les trotteurs autour de 10 ans. Les chevaux de club et de loisir peuvent continuer à travailler malgré une légère gène, c’est pourquoi on aura tendance à les mettre au repos un peu plus tard.

Chaque cheval étant particulier, il en va de l’éleveur d’être à l’écoute de son animal et d’être capable d’évaluer son état physique.

Le physique n’est pas le seul déterminant dans cette prise de décision, en effet, le moral joue aussi un rôle très important. Un cheval qui n’a plus d’entrain au travail, qui n’est plus vraiment à l’écoute, ou qui devient rétif, est un cheval psychologiquement fatigué.

Malheureusement, il arrive qu’une retraite imprévue conduise à vendre le cheval, certains acheteurs n’auront alors aucun scrupule à l’emmener à l’abattoir. Afin d’éviter ce scénario, nous recommandons de prévoir la retraite de votre cheval, notamment en termes de budget.

Un cheval qui aura vécu au box toute sa vie ne peut pas être mis au pré du jour au lendemain, il est important de procéder progressivement afin de respecter un temps d’adaptation. Même retraité un cheval doit être monté, habitué au contact humain il n’est pas dans son intérêt de le perdre, le faire longuement marcher pour lui éviter l’ennui et ne surtout pas omettre les phases de récupération après l’effort.

Le déclin

La phase de déclin du cheval est à surveiller, la tête devient plus osseuse et les poils grisonnent, le cheval perd sa masse musculaire et les articulation sont gonflées et endolories par l’arthrose. Certains signes sont particulièrement parlants et il ne faut pas hésiter à faire intervenir le vétérinaire :

  • Perte d’appétit et de poids,
  • mauvaise haleine,
  • poil terne,
  • toux constante,
  • difficulté à se déplacer…

Un cheval retraité est encore source de bonheur! En effet, il n’a pas son pareil pour veiller sur les jeunes chevaux et participer à leur éducation. Les chevaux retraités sont aussi très rassurants pour les jeunes cavaliers qui ont besoin d’avoir confiance en leur monture.

Ajouter un commentaire

Recevez notre newsletter !