Equitation : quelle est la bonne longueur pour mes étriers ?

cheval et étrier

Il n’y a pas de règle imposant une certaine longueur aux étriers. Cela dépend de la morphologie du cheval, du cavalier et de son niveau et des sensations de chacun.

Selon la longueur, le cavalier aura une assiette plus ou moins profonde. Celle-ci aura un impact sur la liberté de mouvement du cheval.

Un réglage délicat

La longueur des étriers est une question d’évaluation à la fois technique et personnelle. Apprendre à l’estimer correctement demande un peu d’expérience.

Premiers pas…

Un jeune cavalier va régler ses étriers selon une moyenne que lui indiquera son moniteur. Pour pouvoir trotter enlevé et se mettre en suspension sans peine, le jeune cavalier va monter avec les jambes légèrement fléchies, tombant naturellement.

Par rapport à cette moyenne, il va pouvoir apprendre à estimer la longueur idéale par la suite. Ainsi, il sera capable d’adapter ses étriers selon les ses sensations et l’activité effectuée.

Des étriers plus courts ont pour objectifs de suivre les mouvements du cheval en suspension. Des étriers plus longs permettent de travailler assis et utiliser ses jambes de façon précise.

On dit qu’un étrier est à la bonne longueur lorsque son plancher arrive à la hauteur de l’articulation de la cheville du cavalier. Cette longueur peut varier.

Selon la discipline, la longueur des étriers varie

Courte ou longue, en fonction de la durée de la balade

Pour une balade en extérieur, on favorise des étriers un peu courts. C’est la position idéale pour une suspension légère en cas de galop et de terrain accidenté.

A l’inverse, pour une balade de longue durée, nous conseillons de laisser les étriers plus longs. De cette manière, vous n’aurez pas mal aux jambes.

Obstacles : raccourcir pour gérer les amortis

En obstacle, l’objectif est d’amortir les sauts. Il est donc plus approprié de raccourcir les étriers de 3 à 4 trous par rapport à la moyenne.

Une bonne longueur pour un dressage facilité

Pour le dressage, le cavalier a besoin de sentir tous les mouvements de son cheval. L’idéal est donc d’allonger ses étriers de 4 à 5 trous par rapport à la moyenne. Effectivement, pour agir avec précision, les jambes doivent être descendues et envelopper l’animal.

Conseil pour les jeunes chevaux

Avec un jeune cheval, des étriers plus courts sont privilégiés. En effet, en général, on passe beaucoup de temps en trotte enlevé. De plus, étant jeune, il peut avoir des réactions imprévues. Cette position est donc parfois nécessaire pour amortir des bonds de gaieté ou d’inquiétude. Plus le dressage progresse, plus on descend les jambes

Ajouter un commentaire